Home

              Faculté des Sciences du Sport
de l’Université Nice Sophia Antipolis (UFR STAPS)

Co-Organisation Université Nice Sophia Antipolis, no made et In Situ Corpo
Du 1er mars au 31 mai 2016

L’exposition présentée par Denis Gibelin nous offre l’occasion d’une promenade agréable dans les jardins et à l’intérieur de la Faculté des Sciences du Sport de Nice. Pour le troisième volet de « Si le printemps revenait », douze artistes présentent leurs œuvres : Martin Caminiti, Louis Dollé, Karim Gheloussi, Denis Gibelin, Jean Pierre Joly, Stéphanie Lobry, Made, Rob Rowlands/Héléna Krajewicz, Olivier Roche, Franz Stähler, Paul Stapleton, Anne- Sophie Viallon.

On connaissait le travail de déconstruction du vélo (celui de son grand-père) de Martin Caminiti. La roue, les rayons, le cadre, le guidon et ici, la chaîne, ont été revisités pour donner naissance à des œuvres originales au graphisme étudié. Ses sculptures mobiles, aériennes, le plus souvent en tension, se référent à l’histoire de l’artiste, à son travail sur les mots, leurs jeux, leur déplacement de sens.
En 1879, l’invention de la chaîne à maillons, un assemblage de pièces métalliques servant à transmettre le mouvement entre le pédalier et la roue arrière motrice, a donné au vélo sa forme complète, celle qui a perduré. Martin utilise la plasticité de cette chaîne particulière pour réaliser dans l’espace des courbes élégantes.

Martinp

On retrouve le vélo dans la remarquable sculpture (à l’entrée de la faculté) de Louis Dollé où homme et vélo sont faits de la même matière métallique rouillée. Fragilité, humanité, quelque chose d’africain émane de cet homme qui ne marche pas, semble attendre, son vélo à la main.
Si Giacometti avait trouvé son inspiration dans la culture étrusque qu’il a beaucoup fréquentée (voir les bronzetti de Volterra), Dollé la recherche plutôt dans l’extraordinaire diversité de la sculpture africaine.

Dolle-Velomanp

Son autre sculpture – en bois, son second matériau de prédilection – un acrobate semble-t-il, mais légendée « le Juge ». Pour l’artiste, elle renvoie à Saint Louis rendant la justice sous un chêne. Son corps creux (une technique complexe s’apparentant à celle d’un potier), ses doigts noueux, son regard plutôt serein malgré sa position instable, représentent une métaphore de la justice, toujours issue d’un déséquilibre.
Toutes les œuvres de Louis Dollé sont préparées par de nombreux dessins (les dessins de sculpteurs dégagent toujours une vie particulière)

Louis-Dolle-Le-jugep

L’œuvre de Karim Ghelloussi nous projette dans cette actualité qui perdure, chaque nouvelle ère produisant son lot de déracinés, de migrants (mi-grands ?) selon la nouvelle appellation (après avoir été des émigrés, des réfugiés, des déplacés, des exilés, etc.)

Ghelloussi-Karim-les-p
Dans une installation impressionnante, l’artiste nous propose l’image qui s’est imposée dans la conscience universelle, celle de groupes en arrêt, alourdis par leurs valises-mondes contenant ce qu’il leur reste de leur vie passée, cassée par les guerres, les crises économiques, les dérèglements climatiques, etc. Propulsés sur les routes du monde à la recherche d’un avenir, ils sont perçus comme une masse inidentifiable où leur singularité est gommée. Âge, origine, allure, visage, etc., ont disparu.
Ce groupe à taille humaine fait de résine et de ciment est immobile, dans une attente pesante, comme derrière un grillage, un mur, des barbelés (ici, c’est une vitre) ne s’adresse pas uniquement à nous, mais à l’humanité, à celle de chacun.

migra

La mobilité, pour Denis et Julien Gibelin est créatrice. La marche symbolisant le déplacement dans l’espace, est repérée par un GPS donnant des localisations géographiques précises. Traitées par ordinateur, elles projettent l’image colorée du trajet effectué.

Gibelin-baches

L’eau qui s’écoule des barres de glace fondant au soleil crée son propre cheminement, inscrivant au sol la trace matérialisée d’un événement qui a eu lieu, d’un écoulement liant temps et déplacement.

glace

Si Denis Gibelin est contre tout immobilisme, la chaise roulante de Jean-Pierre Denis est à l’opposé. Lui, ne supporte pas ce qui s’agite trop. Sa chaise roulante peinte en rouge (celui des camions de pompier) renvoie au souvenir d’un ennui profond vécu devant une danseuse : elle bougeait trop ! Il préfère aussi le silence : « L’immobilité comme le silence, c’est la possibilité d’y comprendre quelque chose ».

chaise

Stéphanie Lobry, biologiste de formation, a choisi d’utiliser le crochet, une technique féminine ancestrale pour recréer des tissus originaux faits des boules-cellules et de maillages-neurones.

 Stephanie-Lobryp

Les grands cerceaux de Made à l’entrée de la cafétéria constituent une représentation chronophotographie du mouvement d’un cercle se déplaçant dans l’espace.

Madep

Olivier Roche, intéressé par la signalétique et sa place grandissante dans l’espace urbain, propose une sculpture composée de tiges de bois peintes en jaune renvoyant à une multitude de directions. Un nouveau signe pour la ville ?

Olivier-Roche-Amphip

Frank Stähler travaille un bois particulier, un vieux chêne de tourbière. Grâce à ces bois anciens travaillés par le temps, l’artiste donne à redécouvrir la richesse et la beauté de ces matières.

Franz-Stahlerdroites 

Krajewicz/Rowlands, un couple dont on connaît le goût des installations aériennes ni situ

ont choisi de représenter ici un chaos de colonnes construites à partir de nids d’abeille colorés flottant dans l’espace.

vernissage-discours1p 

Les deux installations de Paul Stapleton utilisant de pointes de flèches rouillées jouent sur un fort contraste de matières, une opposition de textures entre les éléments naturels et les objets forgés par l’homme.
Stapleton

Anne-Sophie Viallon crée des boules de tissus de différents qu’elle brode de signes divers : traits cousus, pointillés, spirales, comme pour intégrer une idée de mouvement dans l’inertie.

Viallonp

Crédits photo :
– Marie Roggero – UNS
– Denis Gibelin
– Jean-Claude Fraicher

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s