Home

Dans le joli jardin de Casa Doc’, au pied d’un superbe grenadier, une sélection de cinq courts métrages nous a offert un panorama serré de la création cinématographique brésilienne.

Traversant une période politique particulièrement difficile de son histoire (douloureuse également pour l’écologie de la planète), les jeunes cinéastes redoublent d’énergie et de créativité pour établir des passerelles et se défendre contre ceux qui les accablent et veulent les contraindre en supprimant leurs budgets et leur champs d’action. 

Par la richesse des thèmes qu’ils abordent et les partis pris originaux de leur traitement, ces cinq films montrent combien le combat pour une meilleure vie est justifié dans ce pays immense… « Ce n’est pas un pays » a dit Ana Arruda, la curatrice de ce Festival (présenté dans plusieurs villes de France), il s’agit plutôt d’un ensemble extraordinaire de peuples d’origines et de cultures différentes. Des tribus indiennes de l’Amazonie aux vagues incessantes d’envahisseurs impitoyables venus d’Europe, cette région du monde est un creuset de civilisations.

81BF98BA-CF86-4B57-BE0F-66B94805C65C

Livia Perini nous présente Kauan, un enfant albinos d’une famille étonnante : trois de ses frères et sœurs sont albinos et trois sont noirs.

Kauan est un enfant plein de vie qui a dû se débrouiller avec l’ostracisme des enfants de son école et la brutalité du soleil, pour lui insupportable (malgré le tube quotidien de crème protectrice). Il veut devenir photographe car il admire tous les soirs les couchers de soleil merveilleux. Un film tendre,  poétique  et rafraîchissant.

Couleur de la peau, Réalisateur : Livia Perini / 2017 / 15 minTitre original : Cor da Pele / Documentaire 

DE5E6E7E-B669-4168-AC6D-10903BA328B1

Coletivo Bodoque nous plonge dans une des pires favélas de Rio, la Favela da Prainha. Elle suit Rosa, un garçon qui ne s’est jamais considéré comme tel. Renvoyé de chez lui, il – elle essaie de construire sa cabane dans un des rares espaces libres de la favéla, mais un projet de nouveau quai pour le plus grand port d’Amérique latine va bientôt expulser tous ceux qui habitent là.

La caméra fluide et légère suit Rosa et les manifestations qui secouent la favéla. 

Nous sommes tous ici, Réalisateur : Coletivo Bodoque / 2017 / 19 min, Titre original : Estamos todos aqui / Multilangage 

DF80B374-C596-4963-8E46-BF68B81B851C

Une belle idée de Leonardo Martinelli pour son documentaire « Vies grises » : Par mesure de rétorsion du gouvernement, la ville de Rio est privée de couleurs…, une intéressante métaphore dont l’auteur tire les fils : le fleuriste est désolé, les gens, les journaux, la télé, tout est en noir et blanc, les manifestations et la police aussi. Une réflexion cynique sur notre société 

« Vies grises » Réalisateur : Leonardo Martinelli / 2017 / 15 min. Titre original : Vidas Cinzas / Documentaire 

5502BC79-7988-47C9-8491-CFFB098224DF

Manuela Andrade est à la recherche de ses racines indiennes. Elle part à la recontre des Xukurus, une tribu amazonienne à la sagesse ancestrale prônant l’équilibre avec une nature spiritualisée, le respect d’un environnement bouleversé, et une vie en harmonie, accompagnée de danses sacrées. Comment vivre autrement ?

Réalisateur : Manuela Andrade / 2017 / 18 min. Titre original : Fantasia de Índio / Documentaire.

8B861409-0167-48E1-BC75-CFFD26B220C5

La fiction de João Victor Borges nous raconte l’histoire de Bismarck, un personnage attachant, caissier aux cheveux roses d’un supermarché qui rêve d’une autre vie, et d’une piscine. 

L’agent de sécurité de son supermarché ayant par erreur accusé de vol un client à sac à dos , une relation se noue entre les deux hommes à l’apparence pourtant très différents.

Lauréat Prix Curta Brasília 2018

Réalisateur : João Victor Borges / 2017 / 24 min. Titre original : Vigia / Fiction 

Après la projection, nous avons pu échanger avec le réalisateur brésilien João Victor Borges et la créatrice et directrice du Festival Curta Brasília Ana Arruda venus du Brésil pour cette soirée spéciale.

Festival Curta Brasília

https://www.facebook.com/festivalcurtabrasilia/

João Victor Borges de São Paulo 

https://www.facebook.com/joaovictorborges

Une capirinha excellente et un buffet sympathique nous a aidé à nous immerger dans l’ambiance brésilienne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s