Home

moi-aussi« Moi aussi j’ai vécu »
éditions Flammarion

Un texte qui file, sans ponctuation, avec des blancs, des sauts, des vides, des silences et quelque chose de musical. Une écriture étonnante. Une prose-poésie. Les chapitres se nomment : un, deux, trois, quatre,… puis fin, début, milieu, Aube.

Un court récit autobiographique : « il faut élaguer sinon on se prend les pieds dans les racines », où se mêlent souvenirs et visions. On suit l’auteur dans ses associations d’idées, ses ruptures, à la recherche d’un père très peu connu, mort quand il avait quatre ans, disparu dans des conditions mystérieuses, retrouvé dans une chambre d’hôtel minable à Bombay. Un père obsédant, nimbé de mystères : activiste, artiste niçois, rebelle, qui a sombré dans la came. Hélios rencontre son fantôme par moments… dans un train, dans un bar, aux toilettes…

9782081486034C’est d’abord l’enfant « heureux dans une enfance malheureuse » qui écrit avec ses mots : sa mère, sa famille, ses tantes connasses, l’encadreur voleur… C’est ensuite l’adolescent qui prend la suite : la mort de son grand-père, les amis de sa mère, les flics…, enfin, le quarantenaire et ses bribes de souvenirs.

Entre imaginaire et indicible, comme dans un rêve éveillé qui se fout du réel, il écrit au gré de ses émotions des mots qui s’entrechoquent.

« Moi aussi j’ai vécu » est un livre et un spectacle où il s’expose, se donne à voir, à penser.

moi-aussi-j-ai-vecu-510-021

C’est le roman d’un fils, un règlement de compte, une psychanalyse de rue, « une autobiographie rapiécée, réparée, dédommagée par le rêve l’amour le rire ».
A lire absolument.

moi-aussi-j-ai-vecu-510-013

Hélios Azoulay est clarinettiste comme son grand père qui l’a élevé, devenu un musicien extrême qui joue avec les notes comme avec les mots. À travers des détournements, des collages, des réappropriations, en digne héritier de Duchamp, il introduit la contestation au cœur d’un monde de la musique assez frileux. Avec son ensemble de « musique Incidentale », il enchaîne les créations originales : « Porte-bouteilles« , réalisée à partir d’un modèle original du « ready-made », les « Quatre saisons de Vivaldi, « l’Introduction à la théorie du combat », « le Décantique », « L’air du Toréador«  de Carmen, les Grands Moments de la Musique Classique, etc.
Son livre : L’enfer aussi a son orchestre (Vuibert) et son disque « Même à Auschwitz » (musiques d’outre-monde) sont consacrés aux musiques composées dans les camps de concentration dont il a révélé quelques œuvres bouleversantes.
Il donne de nombreux concerts en France comme à l’étranger (Théâtre du Rond-Point, Opéra de Nice, Philharmonie de Bucarest, Philharmonie de Sibiu).
Actuellement en tournée avec sa pièce et son livre.
Bientôt à Nice !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s